Saint-Dié-des-Vosges

 

Facebook Youtube Flickr

Commémorations

Mercredi 21 novembre 2017
73ème anniversaire de la Libération de Saint-Dié-des-Vosges
"De cette reconstruction [de notre ville] qui fut une refondation, il faut retenir ce message de la nécessité de ne jamais baisser les bras.
Quand on est un élu, le successeur de Jean Mansuy, [maire de Saint-Dié de 1947 à 1959] on doit se souvenir que pour une ville rien n’est jamais fini.
Pour peu qu’il y ait des hommes et des femmes de bonne volonté, que le maire se considère réellement comme le défenseur de la cité, l’histoire doit recommencer sur de nouvelles bases et avec de grandes espérances.
Je retire aussi l’idée qu’il faut être capable dans la vie de donner de son temps, de son énergie et parfois de sa vie pour ce qui en vaut la peine
Il faut savoir faire la différence entre le quotidien et l’intéressant."

Extrait de l'allocution de David Valence, maire de Saint-Dié-des-Vosges à l'issue des cérémonies de commémoration de la libération de la vill

 

samedi 11 novembre 2017
Malgré la pluie et les bourrasques de vent, l’armistice marquant la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918) a bien été commémoré , à Saint-des-Vosges. Depuis 2012, la République française rend également hommage ce jour-là, à tous les morts pour la France.
La cérémonie a débuté au cimetière militaire des Tiges, puis au Monument aux Morts en centre-ville et s’est terminée à l’Hôtel de Ville

 

vendredi 11 novembre 2016
Commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 de la Victoire et de la Paix Hommage à tous les morts pour la France.
"Ne cherchons pas d’homme providentiel. Mais cultivons nos ressources morales, notre solidarité, notre fraternité car c’est ce socle-là qui nous permettra d’emporter d’autres victoires dans les difficultés que nous connaissons.
Face au populisme, ne perdons pas confiance dans nos institutions démocratiques"
David VALENCE

 

11 novembre 2015
Retour sur les cérémonies de commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918.
Début des cérémonies au cimetière militaire des Tiges en présence
notamment du sous-préfet Yves Camier , du député Gérard Cherpion et du maire David Valence.
Puis au monument aux morts en centre ville, Hugo Georges, conseiller municipal jeune a lu le manifeste de l’Union française des
associations de combattants .
Ensuite à l'hôtel de Ville, les personnalités et le public ont écouté une allocution de la conseillère générale des Vosges, Martine Gimmillaro et du maire de la ville David Valence.
Celui-ci a rappelé la responsabilité de chaque citoyen pour sortir de la crise, à dépasser les limites de sa haie de thuyas, à se demander ce qu'il peut faire pour son pays, à dépasser des certitudes trop étroites.

9/11/2015

A l'occasion du 45e anniversaire de la disparition de Charles de Gaulle, qui s'est éteint le 9 novembre 1970 à Colombey-les-Deux-Eglises, les responsables politiques de tous horizons ont adressé un hommage vibrant à la mémoire de l'Homme du 18 juin.
A Saint-Dié-des-Vosges, David Valence, Gérard Cherpion et Michel Boulet ont participé à une cérémonie du souvenir près du monument aux Morts. Ce rassemblement était organisé par le Club 88 Charles de Gaulle et sa vice présidente déodatienne Clothilde Aubertié.
A noter également la présence de William Mathis, Roland Bédel et René Adam, ancien déporté.

14/07/2015

Que célèbre-t-on exactement chaque année lors de notre fête nationale ? La prise la prise de la Bastille du 14 juillet 1789 ou la Fête de la Fédération, l'union de la Nation du 14 juillet 1790 ? C'est l'Union qui en fait est célébrée... pour en savoir plus
A Saint-Dié-des-Vosges les cérémonies ont débuté sur le square La Fayette puis place Jules Ferry.
Les défilés des marins de la frégate La Fayette et des soldats du feu déodatiens ont été très applaudis.
Les maires de nos villes jumelles ont participé à ces commémorations, Mécké au Sénégal, Arlon en Belgique, Zakopane en Pologne et Friedrichshafen en Allemagne

27/05/2014
"La flamme de la Résistance française ne s'éteindra pas"
Germaine Tillion, l’ethnologue de Ravensbrück,a fait son entrée au Panthéon.
Le maire de Saint-Dié-des-Vosges, David Valence, lui a rendu hommage mercredi 27 mai dans le cadre de la Journée de la Résistance. La cérémonie s'est déroulée au coeur du quartier de Saint-Roch, près d’un centre social récemment rebaptisé Espace Germaine-Tillion. Puis les participants ont écouté le discours d’André Malraux prononcé en mai 1975 à la cathédrale de Chartres lors du 30e anniversaire de la Libération des camps de concentration. 
Le préfet des Vosges, Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts a ensuite prononcé un discours au monument aux morts.

26/04/2015
70e anniversaire de la Libération des camps
Majdanek, Struthof, Auschwitz, Dachau, Ravensbrück...
Il y a 70 ans, entre l'été 1944 et mai 1945 les troupes soviétiques et les armées alliées ont fait reculer les lignes de front et ont libèré peu à peu les camps de concentration nazis.
Pour les libérateurs sidérés et pour le monde entier ce fut la révélation du système d’extermination mis au oeuvre par les nazis, une réalité effroyable et jusqu'alors inimaginable.

 

 

Novembre 2014
11 novembre 1918 la France et l’Allemagne signent un armistice, qui met fin à la Première Guerre mondiale ; un conflit terrible qui a causé plus de 8 millions de morts. Depuis, le 11 novembre est resté un jour de mémoire et une occasion de questionner et donner à comprendre l’histoire. Par la loi du 24 octobre 1922, ce jour a été déclaré fête nationale à la demande des anciens combattants. Il s’agit de l’une des neuf journées nationales françaises.
A saint Dié, à quelques jours du 70ème anniversaire de la libération de la ville en 1944, cette  Commémoration de l'Armistice de 1918 a été particulièrement suivie. Citons parmi les nombreuses personnalités présentes, le sous préfet Yves Camier, le maire David Valence, le député Gérard Cherpion et le sénateur  Daniel Gremillet. Les cérémonies ont débuté au cimetière militaire des Tiges puis se sont poursuivies en centre ville devant le monument aux morts.

 

29 août 1914, col d'Anozel près de la commune de Taintrux
En ce début de 1ère guerre mondiale, les combats sont particulièrement violents entre les armées allemandes et françaises. Le grand Rabbin Abraham Bloch aumônier israélite et infirmier brancardier volontaire est tué par un éclat d'obus. Il apportait un crucifix à un soldat français catholique mourant. Celui-ci l'avait pris pour un prêtre.  
Mythe ou réalité ? Le rabbin Bloch deviendra cependant un symbole de l'union sacrée de tous les français face à la menace allemande et aussi un symbole de tolérance entre toutes les religions. Un siècle plus tard le 29 août 2014, le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, en présence de nombreuses personnalités politique, militaire et religieuse ont rendu hommage à son acte héroïque. Cette cérémonie s'est poursuivie à l’hôtel de ville de Saint-Dié-des-Vosges. Le maire David Valence a rappelé dans son discours la nécessité de lutter contre l'antisémitisme ; il s'est déclaré fier et heureux d'accueillir le grand Rabbin dans sa ville.

 

Le 18 juin 1940, le général De Gaulle lançait son célèbre appel à la résistance sur les ondes de la BBC à Londres.
Ce discours -- très peu entendu sur le moment, mais publié dans la presse française le lendemain et diffusé par des radios étrangères -- est considéré comme le texte fondateur de la Résistance française, dont il demeure le symbole.